Modèles automobiles semi-autonomes

Voitures semi-autonomes : des modèles de plus en plus intelligents

Les automobiles semi-autonomes commencent à inonder le marché. Et parmi les plus performantes, certaines arrivent à éviter les obstacles imprévus.

Dans la continuité des technologies informatiques de plus en plus sophistiquées, l’intelligence artificielle aussi commence à prendre place dans l’univers automobile. Mais compte tenu des différences de système entre les puces, les divers modèles ne réagissent pas de la même manière.

Les voitures semi-autonomes de très haut niveau

Ce classement débute avec les véhicules globalement considérés, à ce jour, comme les plus autonomes parmi les semi-autonomes. Si les critères pris en compte sont, entre autres, la possibilité d’éviter un obstacle non-prévu, la gestion des embouteillages, le ralentissement automatique ou encore la régulation de vitesse, l’Organisation Internationale des Constructeurs Automobiles (OICA) a, d’ailleurs, établi une classification. Laquelle place les véhicules sur une échelle de 0 à 5 selon leur niveau d’autonomie, ceux de niveau 5, autonomes à 100%, n’étant pas encore acceptés selon les législations en vigueur.

En la matière, on retiendra notamment la BMW Série 7 parmi les voitures semi-autonomes les plus performantes. Grâce, par exemple, à une fonctionnalité déclenchée depuis la clé de contact, le véhicule haut de gamme de la marque à l’hélice peut se garer tout seule devant un garage. On pourra aussi évoquer la Mercedes Classe E, qui est en mesure de circuler sur autoroute sans aucune intervention de la part du conducteur. Dans la même lignée que les régulateurs et limiteurs de vitesse, le confort que procure cette technologie sera de plus en plus susceptible de vous faire franchir le pas, auquel cas il vous faudra déterminer la cote de votre voiture gratuite .

Les modèles semi-autonomes un peu moins performants

Dans le rang des voitures semi-autonomes un brin moins performantes, le modèle le plus fréquemment évoqué est assurément la Tesla Model S. Ce véhicule électrique est en mesure de s’arrêter tout seul avant un obstacle imprévu, mais elle n’y arrive que dans 50% des cas. Classé de niveau 3, le Volvo XC90 affiche aussi des fonctions autonomes qui valent le détour. Entre autres, un Assistant Embouteillage lui permet de se maintenir tout seule dans une file d’embouteillage en vérifiant le marquage au sol et en s’alignant en fonction de la voiture devant elle.

Au même titre que le SUV signé Volvo, quelques autres véhicules dotés de systèmes semi-autonomes méritent aussi d’entrer dans ce classement. C’est le cas de la Mercedes Classe C ou de la Volkswagen Passat. Au vu des premiers résultats observés de l’introduction de l’autonomie dans l’automobile, il est évident que du chemin reste à parcourir. Mais un grand pas sera peut-être franchi cette année, avec Nissan qui entend populariser le semi-autonome dans toute l’Europe à travers la nouvelle version du Qashqai, son mythique crossover.